Le remeublement


Suite à la décision de restituer la Villa Cavrois dans son état de 1932, lors de la commission du CMN du 6 décembre 2010, une politique d'acquisition du mobilier a été mise en œuvre. Intervenue tardivement par rapport à la décision de sauver le bâtiment, cette nouvelle orientation a rencontré des difficultés. En effet le mobilier avait été largement dispersé et surtout sa valeur marchande sur le marché de l'art avait flambé. Par ailleurs plusieurs meubles avaient subi des modifications au fil du temps posant d'autres problèmes par rapport à cette volonté de montrer l'œuvre totale de Robert Mallet-Stevens dans son état initial.

Retrouver ces éléments une véritable enquête assimilable à un travail de détective ...

Les meubles du boudoir de Lucie Cavrois Vanoutryve


Les meubles du boudoir furent les premiers a être rachetés, avant même la réouverture de la Villa Cavrois. Ils furent acquis lors de la cession de la collection du château Gourdon, le 29 juin 2011, chez Christie's. Ils faisaient partie de cette collection du château de Gourdon depuis une vente précédente chez Christie's à Londres le 27 octobre 1998.

On trouve la coiffeuse, la travailleuse, ainsi que deux chauffeuses et un fauteuil de ce boudoir, dans le catalogue de la première vente du mobilier organisée par Sotheby's à Monaco le 5 avril 1987.



La coiffeuse fut exposée pour la première fois au public, à Paris, lors des Journées Européennes du Patrimoine en 2013, dans les salons du ministère de la Culture à l’occasion du centenaire de la loi de 1913 relative aux monuments historiques. Cette coiffeuse possède une différence avec l'ajout d'un tiroir par Pierre Barbe dans les années 50.

La couleur du tissu en velours des sièges a été remise en conformité avec la teinte verte originale.

A noter que le dossier du lit divan est constitué du bois original retrouvé sur place (photo ci-dessous), ce qui a permis d'identifier l'essence avec précision. Romain Gilbert des Ateliers de la Chapelle qui a procédé à cette restauration ayant expliqué qu'il s'agissait d'érable déroulé et non de sycomore.


Sur la cheminée, une pendule et deux bougeoirs complètent l'ensemble de cette pièce restituée dans sa totalité. Les deux bougeoirs font partie d'une série de quatre rachetés auprès de la cristallerie de Baccarat.




Les meubles de la salle à manger des enfants


Les meubles de la salle à manger des enfants faisaient partie de la collection de Claudia et Karsten Greve. Ce couple de galeristes allemand les avaient acquis, en 1991, auprès de deux marchands parisiens associés. Ils furent mis en vente aux enchères par la maison Camard en décembre 2003, à l'Hôtel d'Evreux à Paris. 




C'est à l'occasion de la vente aux enchères du 6 juin 2012 que l'ensemble comprenant la table en zingana et six chaises sur les huit d'origine purent rejoindre les réserves du CMN (photo de droite ci-dessous) en attendant la réouverture de la Villa Cavrois, encore en travaux.




Les meubles du hall salon



C'est le mardi 5 avril 2016 que des nouveaux meubles ont pu regagner le grand hall salon, redonnant un peu plus de vie à cette pièce immense. Deux tables et six fauteuils ont retraversé l'atlantique après la vente de la collection Utterberg chez Sotheby's à New York  à laquelle l'administrateur Paul Hervé Parsy avait pu participer le mercredi 16 décembre 2015.

Les fauteuils achetés à New-York étaient couverts d'un tissu blanc, progressivement ceux-ci retrouvent le coloris vert du revêtement d'origine, les deux premiers en novembre 2016.


Deux luminaires sont venus compléter le remeublement de cette pièce grâce au même généreux donateur. 



D'autres éléments pourraient réintégrer le hall salon, comme les chenets ou le pigeon boule des frères Martel. Ceux-ci sont apparus lors de vente aux enchères précédentes.

La localisation actuelle du tapis et d'une autre table double avec un raccord central n'est pas connue.

Lors de la réoccupation par la famille Cavrois après la deuxième guerre mondiale, les banquettes en maroquin du coin du feu de ce hall salon avaient été remplacées par deux canapés recouverts de velours.  


Les meubles de la salle à manger des parents


C'est la pièce qui reste la plus délicate à remeubler. En effet, la grande table de la salle à manger des parents, initialement de forme rectangulaire en poirier noirci et laqué, est devenue, suite à la transformation de Pierre Barbe, une table ronde pouvant accueillir quatre rallonges avec plateau en noyer blanc laqué.

Les dix chaises en bois peint noir et cuir brun étaient présentes à la vente de Monaco organisée par Sotheby's le 5 avril 1987. Le tapis n'est pas localisé.

Seule la présence d'une belette, souvent appelée hermine par erreur, des frères Martel, habille cette salle un peu nue. Cette sculpture s'avère bien vagabonde, puisque ce petit animal a fait un parcours compliqué pour parvenir sur le bahut, puisqu'on le voit tour à tour, sur les différents clichés, dans le fumoir et sur le rebord de la cheminée du salon. Elle a été acheté auprès du collectionneur Alain Braunstein le 23 mai 2013, lors de la vente chez Christie's.

Les meubles de la cuisine et de l'office


Hormis une table, le seul meuble retrouvé dans la Villa Cavrois, qui est maintenant exposée en l'état dans la matériauthèque (ci-dessous), d'autres éléments ont pu regagner l'office et la cuisine, grâce à la générosité, en 2014, du collectionneur américain Robert Rubin. Celui-ci a fait don du placard courbe ainsi que de deux tables (ci-dessus).


Une autre table de cuisine se trouve au musée des années 30 de Boulogne Billancourt. Les chaises exposées sont des rééditions.

Les meubles du bureau de Paul Cavrois


Le mur formant bibliothèque du bureau de Paul Cavrois, constitué d’une rangée de placards bas à six portes et de deux étagères parfaitement intégrées dans le décor des lambris, visible sur les photographies de 1932, est devenu un meuble-bibliothèque indépendant suite aux transformations de Pierre Barbe dans les années 50. La décision a été prise de le reconstituer plutôt que de l'acquérir alors que ce meuble transformé existe toujours, comme on a pu le constater lors de la vente chez Sotheby's.


D'autres éléments comme le fauteuil du bureau, le bureau lui-même, mais transformé par Pierre Barbe, sont également apparus dans le catalogue de cette vente du 5 avril 1987. Divers objets présents sur les étagères ont été identifiés, notamment ce cadre représentant St Christophe du aux frères Martel.


Une paire de chaises du bureau issues de la collection Utterberg, ont été acquis par le Centre des Monuments nationaux avec l’aide du Fonds du Patrimoine lors d’une vente chez Sotheby’s à New York le mercredi 16 décembre 2015. Ils ont rejoint la Villa Cavrois en même temps que les 8 chaises et 2 tables du hall salon, la mardi 5 avril 2016.



Les meubles de la salle de bains



Une corbeille à linge métallique visible sur les clichés d'époque n'a pu être localisée, comme nous l'a confirmé l'administrateur Paul Hervé Parsy. 


Plusieurs tabourets ont été présentés lors de diverses ventes mais à un prix qui a fait réfuter toute enchère.


Les meubles des autres salles de bains



En plus des tabourets évoqués ci-dessus, une corbeille à linge ronde métallique ainsi qu'une table de la salle de bains des filles ont été mise en vente dès 1987, à Monaco, dans le premier catalogue de la maison Sotheby's.


Le meuble de la lingerie


Ce meuble de rangement, dessiné par Robert Mallet-Stevens, faisait partie de la collection du château de Gourdon depuis son acquisition chez Christie's à Londres le 27 octobre 1998. Il a été racheté le 29 juin 2011 lors d'une nouvelle vente chez Christie's. Il a pu rejoindre la lingerie de la Villa Cavrois, située au premier étage de celle-ci.


Quand on ouvre les 3 portes de ce meuble en chêne, qui ferme à clef, on découvre 4 tiroirs à gauche et 5 tiroirs à droite. Il mesure 150 cm avec un profondeur de 47 cm et une hauteur de 89,5 cm.

Les meubles du fumoir


Le pouf et la table circulaire sont passés en salle des ventes en 1987. La banquette a été restituée dans sa couleur d'origine. A signaler qu'à défaut de pouvoir refaire les boiseries avec de l'acajou de Cuba, en raison de l'interdiction d'utiliser cette essence rare, c'est de l'acajou du Honduras qui a été utilisé. Le chat sculpté par les jumeaux Jan et Joël Martel a été localisé dans un musée de Vendée.

Les meubles de la salle de jeux

La salle de jeux des enfants a pu être remeublée le lundi 25 septembre 2017 avec les chaises de Marcel Breuer.



Ce sont 8 chaises et 2 tables qui sont venus compléter cette pièce comme à l'origine avec des rééditions.



A comparer avec les clichés d'époque ci-dessus. La chaise Piscator B5 créée en 1926 par Marcel Breuer (1902 - 1981) est en structure tube d'acier chromé avec une double entretoise à l'avant. L'assise et le dossier sont en toile de coton Eisengarn 84 x 45 x 54 cm (Fabricant Thonet ou Tecta). 

La chaise B40 de Marcel Breuer est l'une des pièces les plus emblématiques de l'école Bauhaus. Ce modèle est produit par Tecta en Allemagne, le producteur autorisé de cet article. Développé en 1926 comme B5 pour Standard-Moebel et réédité par Tecta en tant que B40.

Les meubles de la chambre des parents


C'est le 6 juin 2012 que les deux sièges actuellement exposés dans la chambre parentale ont pu être achetés. Ce sont les premiers éléments originaux qui ont pu rejoindre cette pièce avant l'arrivée de la table à secret en bois de palmier le 1er décembre 2016 et celle espérée un jour des deux autres fauteuils profonds.

La table à secret, en bois de palmier, avec ses deux tablettes basculantes n'avait pas trouvé preneur lors de la vente Camard du 9 décembre 2003, elle a pu réintégrer sa place originale le 1er décembre 2016.





Dans la restauration les éléments en ivoire présents entre les tiroirs n'ont pu être remis, compte tenu de l'interdiction d'utiliser ce matériau qui a été remplacé par de la galalithe.



Les meubles de la la chambre de jeune homme de Michel


Le chevet de la chambre de jeune homme de l'influence de Stjil est actuellement exposé au Vitra Design Museum à Weil-am-Rhein (Allemagne). Ci-dessous une photo prise dans les réserves du musée durant sa rénovation, à comparer avec les couleurs du cliché ci-dessus  en haut à droite. On le trouve auparavant dans le catalogue de la vente à Monaco de la maison Sotheby's le 5 avril 1987.


Cette pièce ne comporte aucun meuble d'origine, il manque outre ce chevet, une table et trois fauteuils.


Les meubles de la chambre de jeune homme de Jean junior


Aucun mobilier de cette seconde chambre de jeune homme n'est actuellement présent à la Villa Cavrois.

On découvre dans le reflet du miroir de l'ouvrage " Une demeure 1934 " un valet en bois identique à celui qui est visible dans la salle de bains parentale. S'agit-il du même déplacé pour les besoins du reportage photographique, ou d'un second élément ?



Les boiseries et les meubles sont en chêne cérusé noir et blanc. Le tapis est gris. Les tissus sont en toile à carreaux jaunes.

Les meubles des chambres d'enfants


Ces meubles sont apparus lors de la première vente chez Sotheby's à Monaco.


Les meubles de la chambre de la gouvernante


Ce fauteuil de la chambre de la gouvernante est apparu lors de la première vente chez Sotheby's à Monaco.

Les meubles de la salle d'étude des jumelles


Début janvier 2016, même pas un mois après leur arrivée à la Villa Cavrois, le mercredi 16 décembre 2015, ces meubles ont pu regagner leur place originelle, dans la salle d'études des filles, située juste en face de la salle de jeux. Le bureau et les deux chaises ont été acquis auprès d’un particulier à Paris.





Les meubles extérieurs


Sur cet agrandissement d'un cliché d'Albin Salaün, pris en 1932, on découvre le mobilier de jardin sur la terrasse à côté du bassin de natation.


Huit chaises en acier tubulaire, d’éditions postérieures à l’original, ont été acquises à Paris le 15 juin 2009.  Elle sont disposées sur les terrasses et la pergola quand la météo est favorable, sinon elles sont dans les pièces de service notamment la cuisine et l'office.

La table extérieure ainsi que des fauteuils et des chaises avaient été mises en vente lors de la première mise aux enchères du mobilier le 5 avril 1987 par Sotheby's à Monaco.


D'autres éléments du mobilier de jardin sont visibles dans la buanderie suite au don d'un membre de la famille Cavrois, alors qu'au même moment, le 27 mars 2017, une vente à Roubaix n'a pas été concluante.




© Amis de la Villa Cavrois